Code Empty Quiver: Part 2 (Titanium Alpha t. 5) par Fred Ray

Code Empty Quiver: Part 2 (Titanium Alpha t. 5)

Titre de livre: Code Empty Quiver: Part 2 (Titanium Alpha t. 5)

Auteur: Fred Ray


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Fred Ray avec Code Empty Quiver: Part 2 (Titanium Alpha t. 5)

Livres connexes

Une ogive récupérée... où sont les deux autres ? La course contre la montre se poursuit, entre des terroristes jusqu'au boutistes et les forces clandestines, engagées à leur poursuite. Le terrain de jeu est immense. Les cibles incertaines. Les enjeux considérables. Au plus près du terrain, les forces spéciales et les agents de renseignement se fieront plus à leur instinct qu'à d'improbables technologies.

Code Empty Quiver - part 2 est le final explosif que les lecteurs attendaient, et clôt la trilogie entamée avec Opération Granite Shadow et suivie par Kill or Capture. Entre Riyad, Damas, Londres, Washington, les nerfs seront mis à rude épreuve. Les dernières cellules terroristes joueront leur va-tout. Les forces de sécurité ne pourront compter que sur elles-mêmes. Comme souvent, elles seront les ultimes remparts contre la barbarie. Ici, ailleurs, elles devront se jeter dans la fournaise pour tenter de contre-carrer les plans machiavéliques d'un ennemi aussi invisible que déterminé à créer le chaos. Robert Black, opérateur de la Delta Force, Mary Loomquist, analyste à la CIA, Sarah Bullit, officier du Counter-Terrorism Command de la police de Londres, et tant d'autres, sont réunis pour cet ultime chapitre.

Code Empty Quiver reprend les éléments qui ont fait le succès des premiers épisodes : un réalisme à couper le souffle, un rythme soutenu. Le roman lève le voile sur la vie et les opérations et tactiques des forces spéciales. Loin des clichés hollywoodiens, on retrouvera des êtres humains, avec leurs faiblesses, mais aussi leur détermination sans faille, leur volonté, et leur esprit de sacrifice. Code Empty Quiver doit être lu, comme toute l'oeuvre de Fred Ray, comme un hommage aux forces de sécurité qui nous protègent contre la barbarie, dans l'ombre et au péril de leur vie.